« Une affaire de principe », un combat de José Bové porté à l’écran

01/05/2024 | A l'affiche, Ciné

Bouli Lanners (au centre) s'est facilement glissé dans la peau de José Bové. Photo Pascal Chantier

Il suffit de passer quelques minutes en leur compagnie pour se rendre compte de la complicité qui unit José Bové et le comédien Bouli Lanners, qui l’incarne à l’écran dans le film Une affaire de principe, en salle dès ce mercredi 1er mai. Une connexion qui s’est effectuée dès la première rencontre entre les deux hommes. « La présentation de l’un à l’autre a été un moment-clef, mon travail de direction d’acteurs s’est fait au moment de cette rencontre », sourit Antoine Rimbault, le réalisateur.

Ce dernier avait déjà fait le premier pas en allant présenter son projet à José Bové. « Il avait été introduit par Robert Guédiguian et j’avais vu et apprécié son premier film, Une intime conviction, sur l’affaire Viguier. J’ai donc été rapidement en confiance, précise-t-il. Je n’ai même pas demandé qui allait jouer mon rôle et quand Bouli Lanners est arrivé chez moi, ça a été d’abord une relation humaine. On partage des idées, des combats. On évolue dans le même bain culturel, on parle le même langage. »

Une aubaine pour Antoine Rimbault qui a découvert cette histoire en faisant initialement des recherches pour un autre projet : « Je cherchais des informations sur les lobbys de manière large et je suis tombé sur l’affaire Dalli qui condensait tous les thèmes qui m’intéressaient pour réaliser un thriller de bureau.  J’ai appris que José Bové avait mené l’enquête et qu’il racontait ça dans un chapitre de l’un de ses livres. »

Rappel des faits : le commissaire européen à la santé John Dalli avait été accusé de corruption en 2012 mais très vite José Bové avait senti que quelque chose clochait. Avec l’aide de ses attachés parlementaires, incarnés par Thomas VDB et le personnage fictif de Céleste Brunnquell (Les éblouis, En thérapie), il a mené, juste par principe, une contre-enquête, apportant la preuve de l’innocence de Dalli, piégé par les lobbys du tabac, contre lesquels il était en lutte ces dernières années.

Se glisser dans la peau de José Bové n’a pas été un souci pour Bouli Lanners : « Je savais tout de José, du moins tout ce qui était dans le domaine public mais je ne connaissais rien de l’intime. Arriver chez lui, dans le Larzac ce n’est pas anodin, c’est un décor puissant, et toute la pression que tu te mets avant la rencontre se fissure vite car tu tombes sur un être extrêmement humain avec lequel tu as plein de concordances idéologiquement. »

Tourner au sein du parlement n’a pas non plus engendré de complications : « Nous avons été bien, accueillis à Bruxelles, on leur a fait lire le scénario et ils ont dit OK en nous offrant du temps. Il faut les remercier pour leur transparence », poursuit Antoine Rimbault, ravi d’être, à sa connaissance, le premier a réaliser un long métrage « dans les coulisses des institutions européennes avec des parlementaires comme principaux protagonistes. »

Restait à trouver les bons ingrédients cinématographiques pour donner du corps au récit : « Je voulais faire ce que j’appelle un thriller de bureau, en ne sacrifiant rien au rythme, en trouvant les astuces pour rendre spectaculaire un scène de dialogue à cinq dans un bureau. Je me suis surtout aperçu au montage que lorsque l’on sortait de l’os de l’intrigue, ça ne fonctionnait plus aussi bien. »

Dans le sillage de Bouli Lanners, qui incarne donc un José Bové plus vrai que nature, et un Thomas VDS dans un registre où on ne l’attend pas forcément ; Céleste Brunnquell apporte, de son côté, une vraie fraîcheur avec le personnage de Clémence, une stagiaire obsessionnelle qui va remobiliser les troupes quand tout le monde semble se résigner. « Tout simplement parce qu’elle a encore la foi, qu’elle n’a pas eu le temps d’être désabusée et qu’elle pense que tout est possible », explique la jeune comédienne.

« Une affaire de principe » d’Antoine Rimbault, en salle dès ce mercredi 1er mai. Avec Bouli Lanners, Céleste Brunnquell et Thomas VDB.

Photo Pascal Chantier.

Partagez l’article sur vos réseaux sociaux.

Marie Déboul, une humoriste féministe qui n’a jamais renoncé à sa vie d’artiste

Dès son plus jeune âge, Marie Déboul a rêvé de brûler les planches. Que ce soit dans les rangs de l’école ou dans sa...

Le musée de l’illusion va mettre à mal tous vos repères

En quête d’idées de sortie pour agrémenter les premières semaines des vacances d’été ? Planète Lille a testé pour vous le...

Bruno Berberes est venu détecter de nouveaux talents à Lille

En préambule du concert donné samedi soir au Casino Barrière de Lille dans le cadre de la tournée d’été The Voice, des...

Clara Luciani s’est lancée dans le doublage voix avec « Zak et Wowo, la légende de Lendarys »

Depuis ce mercredi 3 juillet, les enfants, petits et grands, peuvent se rendre dans les salles obscures suivre les...

Claire Chust a croisé du beau monde dans son embouteillage

Fort du succès du premier opus, David Charhon a décidé de se replonger dans L’incroyable embouteillage en invitant, une...

L’ex-miss France, Rachel Legrain-Trapani, sur les planches et déjà à Avignon

Après moins de trois mois d’expérience du théâtre, Rachel Legrain-Trapani va découvrir, dès ce mardi 2 juillet, le festival...

Julie Botet va présenter son Bébé au festival d’Avignon

Parmi les dix spectacles retenus cette année par le Conseil régional des Hauts-de-France pour un accompagnement au Festival...

La tournée « The Voice » a mis le feu au Casino Barrière de Lille

Depuis son lancement en 2012, le télé-crochet musical de TF1 a conquis ses lettres de noblesse. The Voice a révélé une...

Chantal Ladesou est toujours aussi débordante d’énergie

Que ce soit au théâtre avec la pièce 1983 ou dans son seule en scène On the road again ; au cinéma dans Chasse gardée (avec...

Les confidences de Nathalie Marquay-Pernaut

Invitée du salon du livre de Bondues au mois de mars, l’ex-miss France Nathalie Marquay-Pernaut, native de Comines, était,...
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x