Dans Machine, les arts martiaux s’allient au marxisme pour mener le combat social

13/04/2024 | A vos télécommandes, Actualités, Séries, Télé

Margot Bancilhon (Machine) et Joey Starr (JP) forment un duo détonant dans la série Machine. Photo Fabien CAMPOVERDE

Lorsqu’on a lui a proposé le scénario de Machine, une mini-série actuellement diffusée sur Arte le jeudi soir et en accès libre sur la plate-forme de la chaîne, Margot Bancilhon a rapidement adhéré à l’histoire même si elle a vite eu également des interrogations sur la façon d’appréhender ce personnage baptisé Machine, dont la vie est menacée par un commando militaire, et qui, pour subsister, va se faire embaucher comme manutentionnaire dans une usine d’électroménager en plein conflit social.

Fille cachée de Uma Thurman et de Bruce Lee, Machine adopte un look très particulier avec une tunique jaune qui n’est pas sans rappeler Kill Bill et Le jeu de la mort, mais elle est aussi tatouée et coiffée de dreads. « Pour être honnête, l’idée des dreads vient du réalisateur Fred Grivois et je n’y croyais pas jusqu’au dernier moment mais finalement ça l’a fait et pour les tatouages, je me suis dit autant y aller à fond dans le personnage, avoue la comédienne. Alors que je me demandais comment j’allais appréhender ce rôle très physique et peu bavard, je dois avouer que les costumes m’ont permis de me mettre vraiment dans la peau de mon personnage. Pour une fois, on peut dire que l’habit a fait le moine. »

La préparation physique, dans tous les sens du terme, n’a pas été de tout repos. « Il a déjà fallu que je sois crédible au niveau du corps sur le plan musculaire, j’ai fait quelques cours de boxe thaï pour commencer puis j’ai suivi une formation en cascades assez intensive durant dix journées et j’ai eu trois séances hebdomadaires avec un coach sportif, énumère-t-elle. On a aussi pris une semaine pour enregistrer presque toutes les chorégraphies de baston du film. » Le réalisateur Fred Grivois tenait, en effet, à ce que l’actrice effectue elle-même la quasi-totalité des cascades.

La coiffure et les tatouages ont aussi nécessité du temps : « J’avais une perruque sur une moitié de la tête et devant 18 dreads étaient vraiment cousues, c’était deux heures de préparation tous les matins. Pour le tatouage, semi-permanent, il fallait également plusieurs heures pour le refaire tous les dix jours. »

Joey Starr en terrain connu

L’autre point de passage dans la préparation de son rôle fut la rencontre avec son partenaire Joey Starr : « Je dois dire qu’il y avait un mélange de curiosité et d’appréhension, on a rapidement organisé un dîner, je crois qu’il a dû se demander qui était cette pimbêche en doudoune blanche et bottes en cuir, sourit-elle , mais ça a très vite collé entre nous et ça a été un partenaire en or. »

Celui-ci ne cache pas avoir été animé également d’un sentiment de curiosité : « Je connaissais un peu le parcours de Margot et je ne l’attendais pas dans un rôle si physique mais j’ai vite vu que ça le faisait grave. Et quand on m’a présenté ce personnage de JP, ancien toxicomane reconverti au marxisme, sur fond de kung-fu, de syndicalisme et de cyclisme, je me suis demandé comment tout ce mélange allait opérer. »

Le sujet de la réappropriation de l’outil de production par le prolétariat parlait aussi beaucoup au comédien : « Je viens d’un milieu populo, j’ai grandi dans une ville communiste et ce contexte des années 1990 je le connais bien. C’était aussi l’époque où je sévissais avec NTM et nous étions bien au fait de tout ce qu’il se passait autour de nous.  Là, j’ai aimé l’interaction entre nos personnages et le fait que le mien amène celui de Margot à s’intéresser à ce qui se passe autour d’elle. »

La maîtrise du kung-fu de cette dernière va, en effet, s’avérer d’une aide précieuse pour ses collègues lors de différents conflits. « Elle passe d’une lutte solitaire à une lutte solidaire, poursuit Margot Bancilhon. J’adore la trajectoire suivie par Machine, cette femme très en colère, fermée sur elle au départ, qui va peu à peu sortir de son enfermement au contact de JP et des autres ouvriers. »

« L’idée, c’était aussi de montrer la différence entre quelqu’un qui avait une vision marxiste assez pure de ce que pouvait être la lutte sociale et résignation des syndicats prêts à signer des accords de fermeture des usines en touchant des contreparties financières, expliquent les créateurs de la série, primée il y a un mois au festival Séries Mania de Lille dans la compétition française. Le personnage de JP reste lui sur sa position de principe pour défendre l’usine et Machine va mettre son grain de sel là-dedans, passant ainsi du combat individuel au combat collectif. »

« Machine », six épisodes disponibles gratuitement sur la plate-forme Arte.tv et dont la diffusion continue sur Arte ce jeudi 18 avril à 21 h.

Partagez l’article sur vos réseaux sociaux.

Marie Déboul, une humoriste féministe qui n’a jamais renoncé à sa vie d’artiste

Dès son plus jeune âge, Marie Déboul a rêvé de brûler les planches. Que ce soit dans les rangs de l’école ou dans sa...

Le musée de l’illusion va mettre à mal tous vos repères

En quête d’idées de sortie pour agrémenter les premières semaines des vacances d’été ? Planète Lille a testé pour vous le...

Bruno Berberes est venu détecter de nouveaux talents à Lille

En préambule du concert donné samedi soir au Casino Barrière de Lille dans le cadre de la tournée d’été The Voice, des...

Clara Luciani s’est lancée dans le doublage voix avec « Zak et Wowo, la légende de Lendarys »

Depuis ce mercredi 3 juillet, les enfants, petits et grands, peuvent se rendre dans les salles obscures suivre les...

Claire Chust a croisé du beau monde dans son embouteillage

Fort du succès du premier opus, David Charhon a décidé de se replonger dans L’incroyable embouteillage en invitant, une...

L’ex-miss France, Rachel Legrain-Trapani, sur les planches et déjà à Avignon

Après moins de trois mois d’expérience du théâtre, Rachel Legrain-Trapani va découvrir, dès ce mardi 2 juillet, le festival...

Julie Botet va présenter son Bébé au festival d’Avignon

Parmi les dix spectacles retenus cette année par le Conseil régional des Hauts-de-France pour un accompagnement au Festival...

La tournée « The Voice » a mis le feu au Casino Barrière de Lille

Depuis son lancement en 2012, le télé-crochet musical de TF1 a conquis ses lettres de noblesse. The Voice a révélé une...

Chantal Ladesou est toujours aussi débordante d’énergie

Que ce soit au théâtre avec la pièce 1983 ou dans son seule en scène On the road again ; au cinéma dans Chasse gardée (avec...

Les confidences de Nathalie Marquay-Pernaut

Invitée du salon du livre de Bondues au mois de mars, l’ex-miss France Nathalie Marquay-Pernaut, native de Comines, était,...
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x